5 ha d’arbres volontairement détruits par un collectif anonyme

Xvm9465d2a0-e21f-11e4-8d7e-20191f846b73

On pourrait appeler ça « massacre à la tronçonneuse »!

LES FAITS
Cinq hectares de plantations de jeunes douglas (un conifère) ont été détruits dans l’Yonne à la tronçonneuse pendant le week-end de Pâques dans la forêt communale d’Avallon et la forêt domaniale Au Duc sur la commune de Quarré-les-Tombes,http://www.bienpublic.com/edition-haute-cote-d-or/2015/04/14/destruction-volontaire-de-5-ha-de-foret-dans-le-morvan

Un collectif anonyme, qui se fait appeler Léchi-Dryades, « la forêt qui se défend », a revendiqué la destruction de ces résineux :
« La peste qui détruit les sous-bois »
« Le peuple de la forêt du Morvan a mis hors d’état de nuire des monocultures de jeunes plants de douglas, la peste qui détruit les sous-bois, qui acidifie et stérilise les sols », écrit le collectif pour expliquer son geste.http://www.lyonne.fr/yonne/actualite/pays/avallonnais/2015/04/09/ils-detruisent-cinq-hectares-de-sapins_11398358.html

LES RÉACTIONS OFFICIELLES

  • Le Parc du Morvan dénonce les destructions volontaires de plantations de douglas

« Un acte inadmissible ». On peut difficilement qualifier autrement l’action de destruction volontaire de plantations de douglas qui ont eu lieu dans les forêts communale et domaniale autour d’Avallon et de Quarré-les-tombes.
Si les auteurs de ce saccage contre des biens publics pensaient rendre service au Morvan, ils se trompent lourdement. Par ce délit, dont le coût sera entièrement assumé par les deniers publics, ils ne peuvent que participer à la polarisation et à l’incompréhension autour des enjeux forestiers, fournissant au passage des arguments à ceux qui souhaitent stigmatiser les défenseurs de l’environnement par des amalgames faciles.
De nombreux modes d’action positifs existent, dans le respect de la loi, pour celles et ceux qui souhaitent agir pour les forêts du Morvan : militer dans des associations de protection de l’environnement, créer ou adhérer à des groupements forestiers, participer aux animations et aux débats publics organisés par le Parc naturel régional du Morvan, interpeller les élus locaux et nationaux sur les enjeux forestiers, questionner publiquement la responsabilité sociale et environnementale des entreprises et des acteurs publics, voire pour ceux qui en ont les moyens, devenir propriétaire et gérer durablement leur forêt.
Les problématiques forestières sont complexes et se traitent sur le long terme. Si des choix très discutables ont parfois pu être faits au cours de l’histoire, les solutions aux défis actuels ne passeront jamais par la violation de la loi et par les discours à l’emporte-pièce contre telle ou telle pratique ou essence. Le Parc naturel régional du Morvan, en tant que syndicat mixte créé et animé par ses communes membres, condamne et condamnera toujours les actions illégales, qu’il s’agisse de destructions volontaires d’espèces et de milieux protégés ou de dommages à des propriétés publiques ou privées. A travers la Charte Forestière et la Commission Forêt, Le Parc s’engage de manière positive pour que les forêts du Morvan restent productives, multifonctionnelles et soient source de prospérité durable pour ses habitants. Cela passe par le dialogue, par des mesures de long terme, par l’écoute et le respect mutuel, par le respect des lois et règlements publics.
Patrice JOLY, Président du Parc naturel régional du Morvan
et Stéphane AUDRAND, Président de la Commission Forêt du Parc naturel régional du Morvan

Source: http://www.info-chalon.com/articles/bourgogne/2015/04/14/12971-le-parc-du-morvan-denonce-les-destructions-volontaires-de-plantations-de-douglas.html

  • L’ONF, au nom de la forêt d’État qui a été touchée, et la commune d’Avallon, ont déposé une plainte.

Premièrement, «l’aménagement de la forêt communale d’Avallon a fait l’objet d’un débat en conseil municipal et il a été clairement prévu de privilégier le chêne sessile et de limiter à 13% les surfaces de douglas. Il n’est donc nullement question ici de +monoculture+!», répond le président de l’ONF. Ensuite, selon lui, il y a des essences comme l’Epicea qui «qui ont beaucoup plus d’impacts sur les sols».
Enfin, si la forêt se doit d’avoir une fonction écologique et sociale récréative, elle a aussi un objectif économique, revendique Jean-Yves Caullet.
http://www.liberation.fr/societe/2015/04/13/morvan-destruction-volontaire-inedite-de-5-ha-de-foret_1240460

  • Une enquête a été ouverte pour tenter d’identifier les auteurs de cette destruction

Vignette

Article source

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s