Pour Poutine, moins il y aura de fonctionnaires qui iront se dorer la pilule à l’étranger, mieux ce sera

Pour Poutine, moins il y aura de fonctionnaires qui iront se dorer la pilule à l’étranger, mieux ce sera

a répondu aux questions des journalistes à l’issue du sommet de l’OCS (Organisation de la coopération de Shanghai) et a expliqué comment la Russie répondrait aux mesures restrictives de l’Occident.

Sur l’efficacité des sanctions

« La position de la Russie sur l’adoption de sanctions est claire depuis longtemps. Nous avons pu nous convaincre que l’introduction de sanctions ne fonctionne pas, même à l’encontre de petits pays – sans parler d’un pays comme le nôtre. Évidemment, une politique de sanctions apporte toujours une certaine nuisance, y compris à ceux qui l’emploient. Et les sanctions à l’encontre de la Russie ne font pas exception à cette règle. Nous avons déjà présenté les chiffres des pertes que subissent les milieux d’affaires européens et américains à cause de ces mesures, mais comme nous avons l’habitude de dire dans ces cas-là : ce n’est pas notre décision.

Quant à ces dernières sanctions, elles semblent un peu étranges même si l’on comprend le recours – déjà étrange – à ce genre de mécanismes. Il y a quelque temps, j’ai eu une conversation téléphonique avec le président ukrainien Porochenko, au cours de laquelle il m’a été proposé un plan d’action pour une issue du conflit par voie pacifique. Et j’ai déclaré alors que nos positions coïncidaient pour beaucoup. Le plan que j’ai proposé à ce moment reposait, en pratique, sur la base des négociations de paix fixées à la suite de la rencontre avec le groupe de contact à Minsk. Et il faut souligner que le processus est réellement entamé. Les combats ont cessé, les offensives de la milice populaire ont cessé, et l’armée ukrainienne a fait des pas dans le même sens, en éloignant son artillerie des zones habitées. Nous avons vu apparaître une possibilité de parvenir au moins à une stabilisation temporaire par des moyens politiques.

Mais je ne comprends même pas à quoi sont liées les dernières sanctions. Peut-être quelqu’un n’apprécie-t-il pas que le processus ait pris la voie d’un scénario pacifique ? À un certain moment, nos partenaires occidentaux ont conduit les choses jusqu’au coup d’État anticonstitutionnel, puis ils ont soutenu l’opération punitive dans le Sud-Est. Et aujourd’hui, alors que la situation est en train de prendre un cours pacifique, des gestes sont entrepris qui sont dirigés, en pratique, vers le sabotage du processus de paix. À quoi bon ?

Il me vient en tête cette pensée séditieuse : l’Ukraine en elle-même n’intéresse personne, elle est utilisée comme instrument de provocation dans les relations internationales. Elle est otage du désir de certains participants des cercles internationaux de, disons, réanimer l’. Et même moins comme une organisation que comme un élément-clé de la politique étrangère des , afin de réunir autour d’eux leurs satellites. Mais si c’est bien le cas, on ne peut pas ne pas le regretter. Dans les faits, l’Ukraine s’est retrouvée otage, et c’est une mauvaise pratique. »

Sur les mesures de réponse de la Russie

« Le y réfléchit. Mais si de telles mesures sont effectivement adoptées, ce sera uniquement afin de créer de meilleures conditions pour nous-mêmes. Tout ce qui a été fait sur la limitation de l’import de production étrangère a impliqué des désavantages pour nous aussi, même minimes. Plus de choses ont été réalisées pour stimuler notre propre agriculture, libérer le marché des producteurs occidentaux qui y bénéficiaient de conditions plus confortables. Si le gouvernement imagine quelque chose qui nous aidera à résoudre nos problèmes intérieurs, alors cela vaut probablement la peine d’accepter. Mais nous ne ferons rien qui nous nuira ! »

Sur la liste noire de l’Occident

« Je salue ces décisions. Moins nos responsables politiques iront se promener à l’étranger et plus ils s’occuperont des affaires en cours, mieux ce sera. Cela concerne de la même façon les députés du fédéral, qui devraient parler plus souvent avec leurs électeurs et ne pas aller se dorer la pilule dans les stations balnéaires à l’étranger.  »

Sur d’éventuelles « listes noires » en réponse

« Je ne suis pas pour faire subir aux autres le même genre de choses : ils interdisent quelqu’un de séjour, nous interdisons quelqu’un de séjour. Nous les invitons à venir chez nous, qu’ils viennent, qu’ils travaillent. Nous n’avons pas l’intention de nous fermer à qui que ce soit. Ce n’est pas notre façon de faire et nous n’emprunterons pas cette voie ; en revanche, si quelqu’un ne veut pas travailler avec nous, il y aura toujours une alternative. Mais juste comme ça, montrer les dents et afficher sa raideur en provoquant par là même une quelconque nuisance – ce n’est pas notre approche. »

http://www.lecourrierderussie.com/2014/09/poutine-fonctionnaires-etranger/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s