Musique Pagan… Manau… La Païenne

Elle mit ses affaires dans un sac en toile
Un petit flacon de verre ce parfum qu’elle aime tant porter
Puis enlever la terre et rembourré de paille
Ses vieux sabots qui au loin l’ont tant portés

Les cheveux longs et lisses cachés dans un bonnet
Les yeux plein de malice prêt à commettre des faits
Une allure de délice mieux qu’un trésor un coffret
Au cou un joli pendentif qui ferait parler un secret
Elle entend les pas lisses qui viennent de la forêt
De ces filles et ces fils ainsi perdu a jamais
Victimes des maléfices dont le village connait
Quand il vécu des sacrifices afin de connaitre la paix
Mais la jeune fille sait bien elle qui a tant écouté
La nature en son sein ces bruits de l’autre coté
Elle qui sait comment plaire à toutes ces âmes égarées
Allongée prêt des pierres sacrées qui un jour ont étaient levées
Elle se demande encore si la beauté est ici
Et si ce simple décor ne peut être que maudit
A la vie à la mort qu’elle dit les yeux tout mouillés
Je ferais de mon corps ce que je veux c’est ainsi décidé

refrain

Ce jour là était gris, un de ces jours plein de brume
Dans le froid sous la pluie un peu plus loin dans les dunes
Elle est restée la nuit pour reprendre la coutume
Autour du feu la louve ici pouvait seule pleurer à la lune
Elle parla à la terre lui confessant sa douleur
Se livrant toute entière ouvrant son cœur et ses peurs
Je ne sais pas ma mère si je suis a la hauteur
Le don que j’ai ne peut pas plaire à tout ces hommes inquisiteurs
Puis l’aube s’est levée et elle est enfin rentrée
Les cheveux tout mouillés, le regard déterminé
Elle m’as dit sans bouger « écoute moi mon aimé..
Je pars de ce pays mais je ne pourrais jamais t’oublier »

refrain

J’ai compris bien plus tard qu’elle voulait me protéger
Que même des rempart n’auraient pas pu nous sauver
Ces croyant sur le tard semblaient trop déterminés
Leur feu éclairait tel un phare les païens qui étaient aveuglés
Mais je la sens toujours tout près de moi au village
Passant aux alentours souvent derrière des nuages
Et ce parfum d’amour dans le vieux site des sages
Je la revoit le jour où elle m’a dit qu’ici rien n’est en cage

refrain 2 fois

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s