Joli mois de Mai… Beltane… Nuit des Walpurgis… et son fameux muguet

 

Déjà au temps de l’antiquité grecque le mois de mai était fêté avec ferveur. Un vieux culte païen rendait hommage à Maïa, la mère de Mercure, déesse des Enfers et de l’abondance. Elle veillait sur la bonne germination des semences, au printemps, et témoignait du retour à l’éveil de la nature et de la vie.
Les romains, soucieux de l’entretien et de la prospérité des forêts, procédaient chaque année à des cérémonies rituelles et à des plantations d’arbres à cette période.

Les Celtes qui auraient peuplé le Sud de l´Allemagne : venant des steppes orientales, vénéraient la nature et célébraient le début de l´été, le 1er mai, en érigeant un arbre autour duquel ils dansaient pour chasser les mauvais esprits.
Comme bon nombre des rites de nos ancêtres, il fut intégré au culte chrétien… qui a dit “comme d’habitude” ??? ^_^
Depuis le 18ème siècle, et encore plus depuis la seconde guerre mondiale, le mât de mai est devenu le symbole des villes et villages de la Bavière du Sud.

Il est source de compétition entre les villages bavarois, qui rivalisent d´ingéniosité et d´efforts pour se doter du plus
grand et du plus bel arbre. Aussi, des hauteurs de 30 mètres ne sont-elles pas rares….
Et jusqu´à ce qu´il soit érigé, le jour de la cérémonie, il fait l´objet de toutes les convoitises et à ce titre, il est jalousement surveillé, jour et nuit, par les hommes de la commune, pour décourager les éventuels ravisseurs…..
L´enjeu est de taille, car en cas de vol, les victimes se verraient dans l´obligation de verser une rançon en nature (bière et victuailles).

 

 

Le Printemps ouvre sa voie à l’été, première pleine floraison.

Contrairement à beaucoup d’autres fêtes païennes qui furent christianisées, Beltane ne fut remplacée par aucune autre fête chrétienne, mais on la considéra tout simplement comme démoniaque, et elle devint célèbre sous le nom de « nuit des sorcières » (connu aussi sous “nuit des Walpurgis”)… Célébrée dans toute l’Europe depuis des temps reculés, malgré les interdits et les excommunications des Églises chrétiennes !!

Selon la vision du christianisme, les caractéristiques de Beltane (la liberté sexuelle, la joie débridée, l’ivresse et le goût du péché) avaient des origines sataniques, et cette fête était définie comme diabolique car elle représentait un moment où les esprits des morts qui n’avaient pas trouvé la paix ainsi que le pouvoir des sorcières étaient très présents.
La fête était dédiée au dieu Bel, connu sous le nom de Bélénos par les envahisseurs latins.
La légende raconte que, après s’être accouplé avec la Déesse Mère Terre et l’avoir fécondée, Bel mourut pour renaître ensuite en tant que fils de la Déesse… Bizarre comment ça nous rappelle un conte judéo-chrétien !!

De tout temps, le but de cette célébration était de faire le lien entre l’hiver passé et l’été approchant, le Feu étant le symbole de l’été bientôt de retour, mais également de la fertilité, comme le montre le symbolisme du Dieu et de la Déesse.

L’origine de Beltane remonte aux Druides, et représentaient pour eux un festival du Feu.
Ici le feu est représentatif de la lumière, bien évidemment, et le peuple celte célébrait leur Dieu Belenos, ce qui n’est pas sans rappeler, vers la même époque, le Dieu Bel romain.

Il est dit qu’autrefois, les Celtes allumaient un feu au sommet d’une colline, sans doute pour attirer le Soleil par effet de mimétisme, afin de favoriser le retour aux beaux jours. Beltane marquait également l’arrivée des premiers fruits de la saison.

 

 

Connaissez-vous les noms que l’on donne à notre muguet du 1er Mai ? Clochette des bois, lis de mai, lis des vallées, muguet des bois, muguet à clochettes et… gazon du Parnasse…
En effet, la légende nous raconte que le muguet fut créé par Apollon, l’un des grands dieux de l’Olympe, afin de donner à fouler aux neuf muses qui l’entouraient, un gazon digne de leurs pieds.
De nos jours, on offre à ceux qu’on aime un brin de muguet censé leur porter bonheur et joie.

 

 

Pour les Romains, le mois de mai était celui de Maia, déesse de la fécondité, projection de l’énergie vitale, l’une des représentations de la Terre-Mère. Elle fut identifiée plus tard à la nymphe Maia, l’aînée des Pléiades, filles d’Atlas qui portait le monde sur ses épaules. Les Chrétiens comme d’habitude mirent leurs pas dans ceux des Romains, et le mois de mai est devenu le mois de Marie. Le culte de la Mère de Dieu, qui atteignit son apogée au Moyen Age, reprit à son compte plusieurs attributs des déesses de la Terre et c’est au cours de cette période que Marie fut créditée de plusieurs miracles. Par ailleurs, lors de la cérémonie romaine des Argées, qui au mois de mai concluaient les Lemuria (fête des morts), les vestales, sur le pont Sublicius, précipitaient dans le Tibre trente mannequins d’osier représentant des vieillards.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s