La viande mise en cause chez les diabétiques

 

Septembre 2011. Après les maladies cardiovasculaires et certains cancers, la viande est à nouveau sur la sellette. Les chercheurs d’Harvard viennent de la mettre en cause chez les diabétiques.

Les études se suivent… et se ressemblent concernant la consommation de viande : en manger quotidiennement est nocif à la santé. Les chercheurs de la Faculté de santé publique de Harvard ont mis au jour le lien entre diabète et consommation de viande rouge et viande transformée. Dans leur rapport publié le 10 août sur le site de l’American Journal of Clinical Nutrition, les scientifiques estiment qu’une consommation quotidienne de 50 g de viande transformée (type charcuterie) accroît de 50 % le risque de diabète. La viande rouge n’est pas en reste puisqu’en consommer 100 g par jour équivaut à augmenter ce même risque de 19 %.

 

Une étude qui fait date
Ces résultats sont le fruit d’une étude de très grande ampleur, tant par sa durée que par le nombre de personnes incriminées. Les chercheurs ont en effet analysé pas moins de trois études, menées pour certaines pendant près de trente ans, impliquant plus de 440 000 hommes et femmes. Sur ce total, l’étude révèle que 28 000 personnes sont devenues diabétiques. Si le surpoids et la sédentarité contribuent à favoriser l’apparition du diabète de type 2 (celui des adultes), il n’en demeure pas moins que la consommation quotidienne de viande en est un facteur aggravant.

 

Changer ses habitudes alimentaires
Le Dr. Franck Hu de la Harvard School of Public Health rappelle qu’un aménagement de son régime alimentaire avec « des sources de protéines plus saines » peut aider à se prémunir d’une telle maladie qui, aujourd’hui, touche plus de 350 millions d’adultes dans le monde. Il recommande, par exemple, de remplacer la viande par des fruits secs, comme les noix, des céréales complètes… qui sont une source de protéines moins dangereuse pour la santé.

 

Haro sur la viande : bon pour tous
Pour One Voice, ce rapport démontre une nouvelle fois que l’Homme moderne a tout à gagner en réduisant considérablement, voire en supprimant, la viande dans son alimentation. Non seulement pour la préservation de sa santé, la nature étant généreuse en fruits, légumes, légumes secs… pouvant couvrir les besoins en protéines, fer, vitamine B ou autres tryptophanes nécessaires à l’organisme. Mais aussi pour celle de la planète tout entière. Faut-il rappeler que l’élevage industriel, en plus de condamner à une vie misérable et de souffrances des millions d’animaux de par le monde, contribue grandement à la dégradation de notre environnement. Les algues vertes qui envahissent les plages bretonnes en sont un, bien triste, exemple de plus. En prenant soin de notre santé, nous agissons aussi pour la Terre et tous les êtres vivants qui la partagent.

Source One Voice

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s